Le stage intensif sur la voie des Inseis 2020

Le stage intensif sur la voie Inseis 2020

Cet été, je décidais de proposer une toute nouvelle expérience pour mes élèves, sous une thématique d'inspiration japonaise traditionnelle : c'est la première du stage intensif " Sur la voie des Inseis 1 " !

1 Apprentis professionnels japonais.

Jouer à la japonaise

Qui dit tradition, dit matériel et atmosphère. Remontons au début de l'année, lorsque je parcourais la Revue française de Go n°149 et tombais sur l'article présentant le nouveau club de Troyes. Son auteur, Clément Plet, parlait de Go "Zen" et de goban à 4 pieds. Sans plus attendre, je le contactais pour en savoir plus. Résultat des courses : je me retrouvais chez lui en juillet à troquer deux KimoGos 2 contre deux magnifiques plateaux massifs faits maison, et apprendre des astuces sur la position "seiza" et la manière de combiner Go avec pratique méditative. Merci à Clément et Mélanie, et à la Revue, pour cette superbe rencontre !

Pour compléter ma panoplie, deux paires de bols en bambou avec des pierres en pâte de verre pour des sensations agréables, et cerise sur le gâteau : des tatamis pliables en natte de bambou pour nous installer à même le sol. Sans oublier que mes élèves ont à présent l'habitude de porter le KimoGo depuis quelques mois - un haut de kimono en lin inspiré du Jinbei nippon avec des broderies aux couleurs de l'école. C'est parfait, nous sommes prêts à commencer en toute "zénitude":

2 Tenue de l'École de Go de Rennes

Aborder le Go méditatif

Avec mes ados, il fallait retourner aux sources même du Go, c'est-à-dire réapprendre à poser les pierres sur le plateau, avec élégance et quiétude, comme le font les joueuses et joueurs professionnels. En effet, je trouve important de ne pas se précipiter, ni de garder ses pierres en main car cela provoque des bruits et gestes parasites pour la concentration. De plus, nous étions assis en position seiza, les fesses posées sur les talons. Je peux vous assurer que c'était douloureux, et pas facile de réfléchir ou de se sentir détendu ! Mais, par petites séquences tout au long de la journée, nous pouvions tenir 10 minutes d'affilée le dernier jour. La clé pour ne pas avoir mal ? Respirer profondément. La base de tout Art chinois réside dans la maîtrise de sa respiration, et dans l'éveil sensoriel. Vous êtes-vous déjà rendu compte qu'au Go il est possible de prendre le temps d'admirer l'esquisse de la partie, de ressentir une certaine fraîcheur après avoir plongé sa main dans son bol, ou encore de se laisser envahir par le son des pierres frappant le goban ? Moi je trouve ça magnifique !

Du travail, encore du travail

Et enfin, comment ne pas oublier la dimension intensive de ce stage. Me remémorant les écoles de Go japonaises, j'ai proposé 5 jours de stage, de 9h00 à 18h30, et peu de pauses. Avec seulement 4 stagiaires, l'idée était de découper la journée en autant de créneaux d'1h30, permettant la mise en place d'une rotation entre un atelier tsumégo individuel, un atelier étude de partie en binôme, et une partie pédagogique avec le professeur. Grâce à cela, j'ai souhaité favoriser le travail en autonomie des étudiants, et me donner l'occasion de mener mon cours particulier tranquillement. La petite plus-value : je préparais le goûter de chaque journée, avec des biscuits et gâteaux faits maison, pour requinquer les troupes. Chouchouter ses élèves fait partie du job !

Alors, efficace ou pas ?

Mes jeunes ont été ravis de la semaine, c'est indéniable, car ils font du Go toute la journée, en petit groupe, avec un suivi personnalisé par leur professeur. Cela offre une perspective originale par rapport aux stages classiques. L'apport du contexte traditionnel et zen a également été très apprécié, cela a renforcé le plaisir de jouer en présentiel malgré le port du masque toute la journée. Et comme disait le grand-père d'Hikaru 3, on progresse plus rapidement en jouant sur du beau matériel.

3 Cf le manga Hikaru no Go

 

Kevin Cuello

 

Note : dans le cadre de la mise en place des gestes barrières pour lutter contre la propagation du COVID-19, le masque était obligatoire pour les 11 ans et +, et le lavage des mains a été effectué avant chaque partie. Pour les besoins de la photo de présentation, les masques ont été temporairement retirés.

Le camp d’hiver 2020

Le camp d'hiver 2020

Ça y est, c'est fait ! Je me lance dans mon premier camp de Go pour les enfants !

Un camp de Go, kézako ? Et bien, prenez un stage de Go sur plusieurs jours, ajoutez-y une dose de centre de loisirs, versez le tout dans un cadre d'autonomie, mélangez bien et vous obtenez un camp de Go !

L'idée première est de permettre aux jeunes en vacances de pouvoir apprendre de nouvelles choses sur le jeu de Go et pratiquer. J'ai donc pensé à proposer un créneau 9h00-17h00 pour que les parents puissent laisser leurs enfants à la journée entière.

Ainsi, sur 5 jours, les participants ont pu progresser sur 9x9, 13x13, et enfin 19x19. Pour Lilian et Titouan, mes deux disciples à l'École de Go, c'était leur toute première fois sur ce grand plateau : ils étaient tout excités à l'idée de commencer à y jouer. Je leur ai également proposé des tsumégos à résoudre, et s'ils avaient bon à tous leurs exercices, ils pouvaient gagner 1 palier bonus sur l'échelle de niveau.

Il y avait également des exercices pour tenter de vivre sur un 9x9 totalement entouré de pierres noires, un min-jeu pour apprendre le nom des 6 formes de base (nobi, tobi, kosumi, keima, nikken-tobi et ogeima), et des débuts de parties numérotés de 1 à 20 à replacer sur plateau 19x19.

Puis ce que tout le monde attendait : les parties de tournoi !!!

Durant les pauses, il y avait aussi quelques petites activités pour se détendre et se défouler : jouer à chat dehors, faire un pendu pendant le goûter, jouer aux cartes "Dutch", et regarder quelques épisodes de Hikaru no Go. Le midi, chacun apportait son pique-nique, et c'est moi qui préparais le goûter. Je pourrais dire que j'ai passé un petit peu de temps aux fourneaux pour leur concocter de délicieux pancakes, cookies, cake aux pommes, madeleines et crêpes !

Au final, tout le monde a gagné des kyus et s'est bien amusé. Titouan a gagné presque toutes ses parties et est passé à 24 kyu (niveau singe), Lilian a progressé à de 29 à 27 kyu (serpent), Niels a fait un bond de 39 kyu (lapin) à 29 kyu (serpent), Thomas n'a pas vu le niveau lapin, passant directement de 40 kyu (souris) à 34 kyu (coq). Émilie, Mathilde, Alexandra et Mathilde ont également vu leur niveau augmenté.

Tous les participants ont reçu leur certificat à la fin, et me demandent déjà quand sera le prochain camp... Il y a bien des vacances au Printemps, non ?

Kevin Cuello